top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurThierry Vimal

MÉDECINE LÉGALE : chronique d’un naufrage


Préambule 1 :

Hier soir

film de narcos mexicains

un policier moustachu

enseigne que les bons soins

post mortem

style :

pendu par le pied

sous un parapet

nu et décapité

sont le privilège de

ceux qui ont

bien mérité la mort.


Préambule 2 :

Prélever des organes

pour transplantation

exige

des morts cliniques

de la délicatesse

des procédures soigneuses.

Le foie de la Señorita

serait mieux au chaud

chez un gentil receveur

plutôt qu’au réfrigérateur

dans un seau blanc.

Son encéphale, en revanche,

(également prélevé)

greffé dans la tête

d'une autre petite fille

ce serait

un peu chelou.


Devinette :

Comment reconnaît-on

que l'équipe de médecine légale

constituée à Nice en 2016

affichait un important

taux de testostérone ?

Au nombre de descriptions

de pubis féminins

versées au dossier

transmis aux familles.

Tickets de métro

grisonnants

abondants

intégraux.

Et les verges, alors ?

Eh bien, ça n’est pas dit.

Nous ne saurons jamais

si elles étaient longues ou tordues,

sauf peut-être

si le Ministère public

pose la question

au légiste chef

lors de l'audience à venir.


Chanson :

II était quatre petits enfants Qui s'en allaient glaner aux champs

Ils sont allés chez le boucher Boucher, voudrais-tu nous loger? Entrez, entrez petits enfants Y'a de la place assurément

II était quatre petits enfants Il y avait aussi onze grands



Un sous sol peut-être

au carrelage jaune

antidérapant

en pente avec bonde

comme une poissonnerie

pour nettoyer au jet d’eau.

Tables d’opération

balances de précision

aux murs des outils

rangés par taille et familles

comme chez Norauto.

Là-haut dans la cour intérieure

quatre-vingt six victimes en tas

attendent.

Dans ces salles d'attente

personne n'est plus pressé.


Quatre frères en bottes

jaunes itou

inquiétants comme

le boucher de la chanson

ils préfèrent les enfants.

Chair plus tendre

– quelle autre explication ?


Inquiétants ?

Allons donc !

Ils sont quatre hommes

pom pom pom pom !

TrashMarx Brothers !

Groucho : au tel avec le proc

Zeppo : jongle du sécateur

Harpo : bégaye aux familles

Chico : met en seaux,

tamponne et consigne,

au saloir !

au suivant !


Sur le toit

près d’un hélico

un cinquième larron

chargé de communication

pose avec sa dream team

devant les paparazzi.

Les légistes, désormais,

sont aussi stars de TV !


Groucho ? one more !

Zeppo ? clic clac !

Harpo ? c-c-c-c-c...

Chico ? paf boum WIZ !

NEXT !

Paf boum WIZ !

On garde le rythme !

Pesez, balances !

Tranchez, scalpels !

Coupez, cisailles !

Quatorze encéphales

quatorze cœurs

vingt-huit poumons

Oh ! Un utérus !

On prend !

Collector !

Cent cinquante organes.

La moitié en état neuf :

hop, sous blister !

Clic clac c-c-c- paf boum WIZ

Coupez, cisailles !

ça roule sur crème !


Des heures, et des heures

chorégraphie secrète

horloge macabre.


Tous ici sont fidèles

aux lois de l’honneur et de la probité,

respectueux des personnes,

des lois de l’humanité,

et agissent au delà

de toute contrainte réquisitoire

sans tromper aucune confiance.

ils ont déontologiquement

informé leurs patients

des décisions prises d’ablations

charge à eux outre-tombe

de le faire savoir

à leurs familles.


Du bon travail, les gars

Allons dîner !

Ni déshonorés

ni méprisés

ils montent au vestiaire.

Sous leurs blouse

leurs t-shirts arborent :

Ambroise Paré,

René Descartes,

Claude Bernard.

C’est qu’ils sont légitimes !

d'une lignée

d'une histoire.

Héritiers

responsables

dépositaires du flambeau

de la plus précieuse des sciences.


Longtemps ils durent se cacher

pour ouvrir des corps

sans risquer le bûcher des sorcières.

Quand enfin s'effondrèrent

les suprématies religieuses

les promesses aux enfers

(lesquelles tentent un retour

ainsi qu'il est question

par ailleurs)

l’on ne fut plus choqué

de savoir ouverts les ventres

de ceux qui avaient bien voulu

faire don des leurs.


Alors,

la médecine étudia

connut

comprit

découvrit inventa

traita sauva

fit des miracles.


Tant de miracles.

Tous, nous en bénéficiâmes.

Mais attention au sacré...

Qu'on soit croyant

athée, agnostique,

le corps

temple de l’intime

est sacré.

Demandez à vos sœurs

victimes de sales pattes.

Et sacré il reste

quand il est mort

sinon

nous ne ferions pas

de sépultures

mais des farines animales.


À trop toucher au sacré

à s'habituer au sacré

il n'est plus sacré.

On rentre arrogant

dans les corps des morts

comme dans les bureaux

chaque jour, chaque heure

sans plus devoir montrer son badge

ni sa pièce d'identité.


Et de toute façon ma p'tite dame

ça fait cinquante ans qu’on travaille comme ça

alors vous allez pas nous emmerder.


Au-dessus des hommes.

Au-dessus des Juges.

À hauteur des dieux.

Tout-puissant.

Leur voler le feu.

De droit.


Université Descartes

Putréfactions

crash-tests

football de têtes.

Ce qu'on fait ici

doit rester ici.

Micheline Dax

écoutez-la siffler

et pleurez.


Señorita

J’aurais tant voulu qu’on présente

ici en salle d’audience

les trois seaux blancs

de tes treize organes.

BOM ! les poser là devant la barre

et demander à l'assistance :

Alors, où est ma fille ?

dans la tombe ?

ou ici devant vous ?


Cœur, siège du toi symbolique

Cerveau, siège du toi biologique

Cordes vocales, siège du toi qui me parles

et me dis :

Oh oui oh oui !

Trop bonne idée !

Je peux t'entendre jubiler

sautillant dans tes baskets

tapant des mains.

Tu voulais être avocate :

tu aurais sorti le grand jeu.


Tu fais avec les moyens du bord

me soufflant mes chroniques à l’oreille.

Mais ivre de peine

de colère et de vanité,

ton père n'est pas toujours

très attentif ni intelligent.

Pardonne-lui.

Sur lui le salut et la Paix.


Journaliste

qui te lanceras

dans cette investigation

quand tu mourras

qu'on te porte à travers ciels

au Père éternel.


II était quatre petits enfants

Qui s'en allaient glaner aux champs

Le premier dit: 'J'ai bien dormi'

Le second dit: 'Et moi aussi'

Et le troisième répondit: 'Je croyais être au paradis'

II était quatre petits enfants

Il y avait aussi onze grands




531 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout

3 Comments


Guest
Sep 15, 2022

Du Prévert...mes yeux se mouillent, mon cœur s'emballe. Aucune résilience possible.

Quelle horreur ! Comment vivre avec cela ? Vous êtes admirable.

Like

Guest
Sep 14, 2022

J'ai les larmes aux yeux à vous lire ...

Like
sandrinedestefanis
Sep 14, 2022
Replying to

Oui…

Like
bottom of page