top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurThierry Vimal

LA BÊTE REVIENT

Dernière mise à jour : 10 sept. 2022


Si l’on décide de calculer

scientifiquement

les mensurations d’un dispositif statique

qui soit,

à l’énergie cinétique d’un camion de 19 tonnes

lancé à quatre-vingts kilomètres à l’heure

ce que

l’énergie cinétique dudit camion

est au corps (lancé à trois kilomètres heures)

d’un enfant de dix-neuf kilos,

(auquel on ajoute :

cent grammes de robe de plage

vingt grammes de sandales

cinquante grammes de cornet vanille fraise)

L’on tombe, très exactement,

sur les proportions

d’un palais d’architecture gothique

avec double voûte en ogive

de dix-neuf milliards de tonnes

fleuron de la puissance française

par la volonté de Saint-Louis.


Ô ! puissance quasi divine

des bâtiments anciens

déjà ressentie naguère...

(Pas à Nice rue de l’Hôtel de Ville :

face aux pompes funèbres Roblot,

l’établissement éponyme

fleure assurément la coca frita,

l'administration paisible

et le cirage incolore.


Non, ce fut…

au Vatican !

Les honnêtes gens

qui lurent dix-neuf tonnes

ceux-là savent

que s’y cache la bête,

la biblique

aux cent mille têtes.

Elle revient.


Des accusés, dans un box,

comme à Faites entrer

(mais déjà entrés).

Même pas complices

du feu tueur.

Celui-là a une bonne tête :

s’est fait berner par le feu tueur.

Cet autre en revanche :

sale mâchoire,

pourvu qu’on lui coupe la tête !

Une blonde, peut-être,

vit son heure de gloire,

peut-être se savait-elle

star née.


Bourdons noirs et blancs

en farandoles

autour des banquettes

avocats (ghost ghosters !)

par centaines

ivres de retrouvailles

et de promesses

de défis techniques

et de plaidoiries exaltées.

Ils ont déjà tout bien rangé

leurs parties civiles.


Sonnerie !


Et du chaos s'effondrant

soudain naît la bête.

La bête

hurlante

sociétale

sociale

humaine

La bête dont des têtes

dévorent nos enfants

tandis que d’autres les pleurent.

D’autres têtes jugent

et d’autres encore

à colerettes orange

commentent et zyeutent et relatent,

et les têtes fortes,

maternelles,

immobilisent les faibles sous leur aile.

D’autres encore

endormies, décoiffées

mal situées

sont croquées

braillant dans l’agonie.


Abomination !

La grande brûlure du dedans

se réveille.

Notre grand malheur :

cité à la barre.

Douleur ? Chut. Pas dire.

SI !

GUEULER !

PLUS JAMAIS "VICTIME DIGNE" !

Ceux qui ont eu la bonne idée de lire

Au titre des souffrances endurées

savent qu’ici

pour protéger son père

sa mère

Emilio aurait foutu une bombe.


Señorita es-tu là ?

Respires-tu

entre leurs chuchotements ?

Marches-tu invisible

avec tes baskets américaines

tes sweat gris violets

et tes vieilles Ray Ban ?

Réponds-moi.

Réponds…

NON ! la logique s’effrite

les guiboles itou…

Avant liquéfaction :

fuir, fuir, fuir !

Trop tard : LA COUR !


Kamiza

Mur d’honneur

Grands sages,

élite des écoles :

du réel

de la magistrature

de la très sainte Sorbonne

où l’on apprend

à prononcer des sentences

les deux pieds dans les braises

et, libre de son désir,

à rendre la Justice

à elle-même.

(A croire que l’homme,

sidéré devant la grandeur

et l'impossibilité

de la mission de Justice

– qu’il était par ailleurs

seul animal à réclamer –

ne put faire autrement

que d'en faire un corps de métiers)


La cour assise.

Assesseurs : noirs !

Ministère public :

rouge et noir

Président : rouge !

Personne n'est là pour rigoler

explique-t-il

parlant dur

aux usagers de téléphonie mobile.

Tremblez, murs gouttereaux !

Tremblez, étrésillons !

Car ici siégea le tribunal…

Révolutionnaire !


Est-il.. ROBESPIERRE ?

Va-t-il ordonner la...

DÉCAPITATION DE NOS ENFANTS ?

SEÑORITA !

Se lever, protester,

Hurler quelque chose comme…

Vos gueules ?

Debout !

Inspirer

Oser !

Le faire !

« FERMEZ VOS…

AH ! »


Une flèche, dans mon dos

une femme,

tapie dans la transparence,

l’a décochée.

Elle s’esclaffe.

Non lo conosco, crie-t-elle à l’envi,

mais il allait décompenser !


Tomber les bras en croix.

Seul comme jamais.


Mais vraiment jamais.


Mourir, enfin !

Devancer dans la tombe

les bien-aimés organes

retardataires,

rétablir ainsi

l’ordre des choses

(qui n'en ont pas,

sinon celui

qui m'arrange).


Au sol suffoquer

Mais…

cette douce voix… ?

Le Président !

Une porte intime

Garris pêche la grenouille

avec Serrault.

Villeret.

Nénuphars et libellules

l’étang de Bourbon l’Archambault

le plus long sommeil

de tous les plans d’eau de la planète

tout de vert et de vase odorante

Ses carpes ont mille ans

et l'on y dort bien.


Président

Ton regard est perçant

comme celui de frère balbuzard.

Entrer dans tes petits yeux

étroits

sentir ton goût de rigueur

annonciateur

d'un bon boulot collectif

« Maitre machin que je vois ici »

dit-il,

« Et maitre Unetelle que je vois là »

dit-il encore

car il nomme par leur prénom

tous les avocats (GG !)

de tous les barreaux de France.


Immense et chaleureuse

maison familiale.

Je t’en remets à elle, Ô Señorita


Une belle jambe, dis-tu ?

Au fait,

la couronne d’épine

acquise par le bon Louis IX

rayonne-t-elle toujours ici

en la Sainte-Chapelle ?

Elle t’irait si bien.

Allons voir demain.



Pour Marguerite Hubert de Cannes

qui me lança dans les airs

rien qu’avec son cœur.




1 102 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page