top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurThierry Vimal

EXCÈS DE ZÈLE [2/2]

Dernière mise à jour : 15 oct. 2022


Les prélèvements d’organes

n’étaient pas pour des greffes

– le redire, inlassablement :

non, nous ne sommes pas

des salauds égoïstes.

Croyez bien que le 14 juillet 2016

nous aurions tout donné

pour sauver n’importe qui

(sauf un).

Il m’a semblé comprendre

que la victime de terrorisme

n’est pas éligible au don organes :

les siens sont trop importants

pour l’Enquête.

Si quelqu’un vérifie,

l’info m’intéresse.



À présent,

camp des parties civiles,

se lève

Master the King,

avocate de telle partie civile

par ailleurs chroniqueuse.

Le temps des questions est venu.


Molins donna ses directives

habituelles

pensant qu’à Nice

comme à Paris

l’on prélèverait quelques tissus.

La question de voir plus grand

pas une seule fois

ne fut abordée

dans leur réunion.

Tout le monde pensa que le job

normal

allait être fait.

Simplement,

tout le monde n’avait pas le même

normal.


Telle Señorita, douze ans,

décrite sur le rapport comme

femme d’une vingtaine d’années ?

"C’est une erreur ! dit Molins

je n’ose pas imaginer autre chose".

Il-ne-nous-fut-pas-dit

quelle autre chose

il n'osa pas imaginer.


Et la Rachel de mon Stéphane ?

Des stigmates d’autopsie,

et elle ne figurerait pas

dans la liste ?

Inimaginable, nous dit Molins.

Mais l’inimaginable

depuis 2016

nous l'imaginons tous les jours.


Bon, alors,

Monsieur le Procureur inimagineur,

dites-nous un peu :

pourquoi

à l’heure qu’il est

plus de six ans après les faits

les familles n’ont toujours pas été prévenues

de ces prélèvements d’organes ?


Le parquettiste Molins

découvrit les prélèvements

fin juillet 2016

lorsque secrètement

– mais pas pour lui –

au nom de l’amitié franco-américaine,

deux cerveaux

et autant de cœurs et de rates

et deux fois plus de poumons et de reins

tous scellés brisés

survolèrent l’Atlantique

retournant nicher

dans leur corps originel

it was a long way home.


Lui, déjà, était sur une autre affaire.

Il y avait aussi eu

Saint-Étienne-du-Rouvray.

Tout le monde était passé à autre chose

c’est pourquoi

l’on oublia

de prévenir les familles.


Si ce n’est pas ballot !


13 octobre 2022 :

à l’heure où j’écris ces vers

aucune information officielle

n’a encore été transmise aux familles.

Mais elles savent toutes,

désormais.

Elles ont appris

les unes des autres

ou bien compris

pendant les audiences.


Si ce n’est pas ballot !


La conclusion du Procureur

fut douce à entendre

– sans aller jusqu’aux excuses :

le puissant ne s’excuse jamais

devant le vulgaire

sinon

à quoi bon s'être donné tout ce mal

pour devenir le puissant ?


Pour la première fois,

sous nos yeux,

la Justice admit.

Il y eut des prélèvements d’organes entiers.

173.

Ils n’étaient pas tous indispensables.

60 pour-cent étaient parfaitement sains.


Ils sont allés trop vite.

Ils ont manqué de vigilance.

Quelque chose a été fait

qui ne se justifiait pas

qui engendra trop de souffrance

chez les victimes.

L’obligation légale

de les prévenir

n’a pas été respectée.


Bien sûr, précise-t-il,

solidaire,

le pauvre Quatrehomme

n’est pas à blâmer.

Bon vieux docteur

presque de campagne

carrière exemplaire

retraite méritée.

Il commit juste

un excès de zèle.


Il-ne-nous-fut-pas-dit

si la vingtaine de médecins légistes

coordonnés par l’ami Quatrehomme

– présents,

en grande partie, je suppose,

en novembre à Paris –

s’étonnèrent de l’étrange protocole.

Posèrent-ils des questions ?

Ne firent-ils que

obéir aux ordres

comme il fut dit à tel autre procès

que m'amène à citer

la loi de Godwin.


Selon Molins,

– qui n’est pas décisionnaire –

tous les organes devraient être

restitués

après analyse génétique

systématique.

Mais pas par l’IML de Nice,

dit la guerrière au pied nus.

Ils ne mettront plus

leurs sales pattes

sur ma fille.


Selon Molins

les familles méritent :

une information personnelle individualisée

des démarches facilitées

le financement des opérations.


Si qui de droit décide

de suivre les recommandations de Molins,

la victoire,

après quatre ans,

est acquise.

Mais ce n’est point elle

qui jaillit au cœur :

c’est une Señorita

qui va

enfin

être portée en terre

reposer en paix

C’est une mère qui aura

enfin

le sentiment

du devoir accompli.

Un père, itou.


Putain de dépôt de poids

Pensées aux autres familles

et à toute la mienne.

Mes larmes couleront

lourdes

jusqu’à la fin de l’audience.


L'audience est suspendue.


Pour les prélèvements, je veux :

des excuses.

Pour n’avoir jamais été informé, je veux :

amende honorable.

Pour la raison invoquée

de cette non-information

(on a oublié de nous prévenir

parce que

on était passé à autre chose)

je veux :

un million d’euros

sonnants et trébuchants.


Et pour les quatre années

de recherches

batailles

insomnies

disputes

nightmare

je laisserai faire

Master The King.


Master The King.

La SEULE, l'unique avocate

– sur elle le salut et la paix –

qui à mes requêtes

n’ait pas répondu :

Ouiiii, vous saveeez,

aller contre les services de l'Étaaat

la médecine légaaale

le proc Moliiins,

c’est compliquééé

et vous saveeez,

les autospsiiiies

les prélèvemeeeents,

ils ont le droiiiit

puis les orgaaanes

ils les ont remiiis

la loi est flouuue

et puis est-ce vraiment

si important ?


Master the King

dans le big hall

émue

répond à la presse.

Les explications du Proc,

dit-elle,

font du bien,

et mettent un terme

à beaucoup de fantasmes.


À ce sujet,

voici quelques propositions :


Fantasme...


juridique ?

Ils savaient

mais n’ont rien dit à leurs clients

pour les protéger

et parce que

aller contre les services de l'Étaaat

c'est compliquééé...

Combien de regards dédaigneux

j'ai reçu, de cette profession,

en osant évoquer

cette possibilité ?

En fin de séance,

le grand Président Raviot

fit observer que

mathématiquement

des avocats avaient su

et rien dit.


germanopratin ?

Louer les organes des morts

à l’industrie automobile

pour des crash tests ?

Les récupérer ensuite ?

Les laisser putréfiés

se faire bouffer par les rats ?

Jouer au football avec des têtes ?

Mais allons !

ça n’est possible

que dans une grande université

parisienne !


anticapitaliste ?

Ils les vendent

à la R&D cosmétique

ou à la recherche

en chirurgie plastique.

C’est trop rare

un utérus de gamine.

Ça coûte une fortune,

mais quel placement d’avenir

pour développer les techniques

de vulvoplastie esthétique

pédiatrique

que nous comptons proposer

– assorties d'un marketing agressif –

dans notre catalogue 2038.


Matrix ?

Lorsque furent ouvertes les portes

des réfrigérateurs de l’IML de Nice

l’on découvrit un immense

entrepôt.

À perte de vue, des alvéoles

bouillonnaient

de liquide physiologique.

Dans chacune baignait

un cerveau

et un pack d’organes

reconnectés.

Et tous travaillaient

à produire

quelque mystérieuse énergie

en mesure de réfrigérer

des stades au Qatar.


complotiste ?

Des sectes maléfiques

vouées à Belzébuth

achètent à prix d'or

des organes humains.

Ceux d'enfants assassinés

valent des fortunes.

Sachez-le,

des gens puissants,

riches

– médecins, avocats

hauts fonctionnaires

magistrats

élus –

en mangent

en boivent

en fument

lors des célébrations obscures

qu’ils tiennent

dans l’appartement

juste en dessous du vôtre.


Assez ri, à présent.

Nous venons d'apprendre

hier

que certains organes

ont été détruits.

Météo maussade.

Risques de meurtres passagers.

Attente d'informations.

Encore.

Réponse arrivée.

"Ça va." Pour toutes les familles.


585 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout
bottom of page